10 réactions incongrues à ma coiffure afro

coiffure-afroDepuis près de 2 ans maintenant, j’ai decide d’arrêter les défrisages et de porter mes cheveux afro au naturel. J’ai beaucoup porté des tresses et autres coiffures visant à cacher ou dompter le volume de mon afro, persuadée que cette coiffure entamerait ma crédibilité au bureau. Et cette année, grace au blogging et aux commentaires sur les réseaux sociaux, j’ai compris qu’il n’y avait rien de mieux que de s’accepter au naturel. Depuis, mon afro est ma coiffure standard, et c’est celle qui me va le mieux. J’ai cependant eu droit à des reactions plus ou moins incongures de la part de mon entourage ou d’inconnus, que je partage avec vous dans cet article. Que toutes celles qui se reconnaissent laissent un commentaire !

Partie 1 : les commentaires des coiffeurs sur ma coiffure afro

coiffure-afro#1 Juste après mon dernier défrisage, alors que mes cheveux ayant perdu toute trace de volume sont tirés vers l’arrière et plaqués avec du gel tout collant : “ Je croyais que tu voulais porter un bonnet, c’est pour cela que je ne t’ai pas fait de coiffure et que je les ai plaqués comme ca. Il fait froid dehors, tu sais”. (???)

#2 Après trois heures passées dans un salon non specialisé pour les cheveux afro, à me faire faire un brushing : “Tu devrais les faire défriser, cela m’a pris troooop de temps de faire ton brushing et c’était très fatigant. Au fait, ca fera 120 €.”

#3 Dans un salon oú je demande s’ils peuvent me couper les pointes et me faire un brush : “on peut essayer…” (j’aurais du me méfier). Puis à la fin de la coiffure, laborieuse : “Je préfère que tu ne reviennes pas. Cela nous prend trop de temps avec tes cheveux. Pour aujourd’hui, cela fera 140€”.

#4 Dans un salon specialisé dans les cheveux naturels, en vacances à New York : “Qu’est ce que tu aimerais comme coiffure? Des twists? Des tresses? Un fro-hawk? »

Bilan : il vaut mieux se faire coiffer à New York ou à Chicago ou alors apprendre à se coiffer toute seule en regardant des videos YouTube.

Partie 2 : les commentaires des inconnus sur ma coiffure afro


coiffure afro-hair#5
Cologne, Allemagne. Dans la rue, un samedi après midi alors que je fais tranquillement du shopping en ville, un groupe de jeunes hommes vient à ma rencontre en plein milieu de la rue, l’un d’eux ouvre grand les bras et me fonce dessus en criant “Macy Gray, Macy Gray !”

#6 Cologne, Allemagne. Je rentre du travail à pieds, je marche le long de la piste cyclable. Un homme à vélo ralentit à ma hauteur et commence à me parler, Je n’entends pas ce qu’il dit car j’ai mon casque sur les oreilles. Avant que je n’ai pu réagir, il tend une main vers mes cheveux, manque de perdre l’équilibre, se reprend et se remet à pédaler pour s’éloigner au plus vite.

#7 Partout, tout le temps. Toutes les références aux Jackson Five. À Areta Franklin. À Grace Jones.

Bilan : les seuls inconnus qui ne font pas de commentaires et qui s’adaptent, ce sont ceux qui pensent business. Il y a 6 mois, dans mon afro shop préféré, les produits pour le défrisage étaient disposés au meilleur emplacement dans le magasin, directement à l’entrée, à portée de main. Lorsque j’y suis passée la semaine dernière, j’ai vu que non seulement mon afro shop vendait désormais les produits pour cheveux naturels que j’avais découverts lors de mes vacances aux US, mais aussi que ceux-ci avaient pris la place des produits pour cheveux défrisés, relégués sur les étagères au fond du magasin. Les temps changent.

Partie 3 : les commentaires des mes connaissances sur ma coiffure afro

#8 Je croise une collègue de travail que je ne cotoie pas au quotidien dans un couloir au bureau, elle me bloque le passage, et met carrément la main au panier, elle malaxe mon afro et me regarde d’un air émerveillé “ooooh ils sont tellement doux ! J’ai une amie qui a aussi des cheveux bouclés. Mais pas autan que toi. Et comment tu fais pour te coiffer ? bla bla bla..” Et elle malaxe et malaxe encore, j’en reste quelques secondes bouche bée tellement c’est gonflé, avant de me dégager avec un sourire crispé et de continuer ma route.

#9 A l’époque où j’alternais encore régulièrement tresses, twists, afro etc., j’avais droit tous les jours au commentaire “encore une nouvelle coiffure !” de la part de deux ou trois collègues (toujours les mêmes). Impossible de leur faire comprendre qu’il s’agit simplement d’une coiffure, comme avec des cheveux européens portés en chignon, queue de cheval, lachés etc. Et là, personne ne trouve ca exceptionnel.

Afro hair style#10 Mon voisin habitué à me voir avec des tresses me croise pour la première fois avec mon afro dans la cage d’escalier : “Vous portez une perruque ou quoi ? C’est menacant cette coiffure !” Et lorsqu’il réalise qu’il est peut etre allé trop loin, peut-être à ma facon de le regarder sans trop savoir comment réagir, il ajoute en désignant sa calvitie, comme pour se ratrapper : “J’aimerais bien avoir la meme coiffure moi aussi. »

Bilan : des fois les gens disent ou font ce qui leur passe par la tête et réfléchissent après. La plupart du temps, sur le moment, je ne sais meme pas comment réagir tellement je suis consternée, mais j’ai arrêté de mal le prendre. J’aime mon afro tel qu’il est, et c’est l’essentiel.

Des anecdotes à partager sur les réactions aux cheveux crêpus ? À vos claviers, laissez un commentaire !

Glynnis Mélanie

Diplômée d'un master en droit des affaires, j'ai débuté ma carrière en Allemagne, où j'occupe actuellement un poste de management dans l'e-commerce. Je saisis toutes les occasions de me développer professionnellement, sans délaisser mon goût pour la mode et le style. Mon dressing est un mélange de basiques intemporels, grands classiques du vestiaire professionnel, et de pièces extravagantes à la pointe des dernières tendances.

9 Comments
  1. Bonjour Mme Mélanie

    Hilfe!!! Mes cheveux…enfin je trouve un site où on raconte le vécu quotidien de salons de coiffure. Je suis Fatiguée de tresses et de penser à des produits miracles ou defrisants. J’ai de longs cheveux mais je veux rester Naturel. Je vis en Allemagne sa fait 8 mois et j’ai déjà ma deuxième tresse. Aidez-moi svp j’ai cherché des salons ou je pourrai faire Nappy je ne trouve pas. Un salon à Cologne mais j’hésite d’y aller de peur de « spend my money for no Results  »
    Donnez moi une adresse s’il vous plait

  2. Comme dit dans un précédent commentaire, l’apparence de nos cheveux, c’est leur problème… pas le nôtre 😉 ! Perso, je n’ai aucun souci avec mon afro même si j’ai appris à le « discipliner » en fonction du contexte, notamment quand j’ai eu envie d’être tranquillou et de ne pas me faire remarquer 🙂 Dans ces cas là, je privilégie des coiffures moins imposantes sans pour autant travestir ma nature : afropuff, tresses, vanilles, etc.
    Quelques remarques / comportements relous auxquels j’ai eu droit :
    – « Comment tu fais pour te laver ls cheveux ? » (des connaissances)
    – « Ma soeur, tu veux pas aller chez le coiffeur ? » (un éboueur croisé au détour d’une rue)
    – « Je peux pas vous coiffer, vos cheveux, ça fait mal aux doigts, il faut défriser » (plusieurs coiffeuses, soit disant « pour cheveux afro »)
    – « Non mais arrête de mytho, c’est galère les cheveux crépus, je suis sûre que cette mode va te passer » (une proche)
    Sans oublier le traditionnel touché de cheveux par les collègues. 🙂
    Heureusement, les temps évoluent et petit à petit, avec la démocratisation du mouvement nappy, les gens sont de plus en plus habitués à voir des afros. Peut-être que cela les amènera à avoir de moins en moins ce type de réaction futile, qui sait ?
    Bref ! Je prépare un billet où j’aborderai la thématique du cheveu crépu avec mon retour d’expérience personnelle dans pas longtemps sur mon blog, et où je donne mon avis sur le bouquin AFRO de Rokhaya Diallo, j’espère qu’il te plaira !
    Bises,
    Marilyn

  3. Pour certains, il y a très certainement un sentiment de jalousie mal maitrisé, et pour d’autres, un souhait profondément refoulé d’aller dans un zoo humain où ils pourraient malicieusement contempler certains types de population.
    Toujours est il que le problème est de leur coté. Donc keep it on, et continue de rester toi même! 😉

    1. 😀 Je veux croire que dans la plupart des cas, les attitudes décrites ne partent pas d’une mauvaise intention… Merci pour le com et les good vibes!

  4. J’avoue, les gens sont gonflés au point de mettre la main dans tes cheveux ! Moi aussi je vois de plus en plus de cheveux au naturel comme toi dans la rue, ça surprend et finalement, je trouve ça génial 😀
    Aux Etats Unis, ça dois tellement être commun, et un plaisir de s’y faire coiffer avec de vrais connaisseurs !
    Super article en tout cas ! Bisous

    1. Merci d’avoir lu mon article et pour ton com ! Les produits des US pour cheveux naturels commencent à arriver en Europe, et comme tu dis les gens commencent à s’habituer à voir des cheveux au naturel au quotidien, j’ai bon espoir qu’un jour l’afro soit une coiffure comme une autre ! En attendant, je rêve de retourner chez le coiffeur à NYC ! Bises

  5. Coucou
    J’ai adore ton article.
    J’ai adopté mon fils en Afrique et même si cela s’est calmé c’est pareil, vas y que je touche ses cheveux, son visage et encore ses cheveux….heu…..STOP!!!! 😉

    Biz
    Nath

    1. Salut Nath,
      pour les enfants c’est encore plus tentant, j’avoue 🙂 En espérant que l’afro n’entrainera plus ce genre de réactions lorsque ton fils aura l’âge d’entrer dans la vie pro 🙂
      Bises

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.