Une tenue de bureau façon homme #UneFilleAuMasculin

Lancé à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes le 8 mars, le nouveau défi de la plateforme WAM We Are the Models #UneFilleAuMasculin m’a donné l’occasion de réfléchir au type d’homme que j’aimerais être si j’en étais un aujourd’hui, mais aussi au machisme en entreprise et à l’influence de l’environnement sur la formation de la personnalité.

Ma tenue pour le défi WAM #UneFilleAuMasculin

#UneFilleAuMasculin_solexEn recevant le nouveau thème du défi WAM, je me suis demandée quel genre d’homme je voudrais être si j’en étais un aujourd’hui. Finalement, je pense que ma personnalité ne serait pas si différente de celle que j’ai en tant que fille, en tout cas je l’espère. Je serais donc sans doute un garçon à l’affut des tendances, cool, stylé. Presque androgyne. Comme je le suis en tant que fille, un jour en jupe et un jour en mec, qui n’a pas peur des cheveux très courts et allergique au rose. Je porterai mes cheveux en afro cool et soigné, et je me déplacerais en ville… en solex vintage.#UneFilleAuMasculin_on_solex

Pour cette tenue, ce sont les détails qui font la différence : le col et les boutons de manchette, les bretelles bien sûr, la laine du pantalon, la montre pour homme à un poignet, les bracelets dorés à l’autre.

#UneFilleAuMasculin_détails_col

Fréquenter des hommes sans en devenir un

Cela dit, ma manière d’être aurait aussi dépendu de mon environnement. Je me suis rendue compte, une année pendant laquelle j’ai travaillé dans un univers majoritairement masculin et assez machiste, qu’au bout de quelques mois je me dirigeais naturellement vers des pièces plutôt « gender neutral » dans ma garde robe. Je n’ai pas porté une seule fois de robe colorée en plus de 6 mois. Toute une partie de ma garde robe n’existait plus a mes yeux. Cette théorie a été renforcée par une expo photo (Mit anderen Augen) que j’ai visitée à Cologne il y a quelques temps, focalisée sur la photographie de portraits contemporains.
#UneFilleAuMasculin_portrait2Une série de portraits était consacrée à des femmes qui avaient été élevées en tant que garçons (pour des raisons liées aux croyances de leur parents à qui on avait prédit pendant la grossesse qu’ils allaient avoir un garçon), soit qui avaient fait le vœu de devenir un homme pour pouvoir remplacer le dernier personnage masculin de la famille récemment disparu. En effectuant les taches réservées aux hommes et en se rendant aux conseils du village etc. on s’aperçoit au fur et à mesure de la série de portraits que les traits, la posture, l’attitude de ces femmes se modifie pour, au final, les faire ressembler à s’y méprendre à des hommes.

L’une des femmes photographiées avait fait le vœu de devenir un homme car elle avait perdu ses deux mains en manipulant une mine. C’était plus facile d’être un homme ensuite car selon ses dires, aucun homme ne veut épouser une femme sans mains. Et pour faire carrière, est-il plus facile d’être un homme ? Encore une fois, tout est question d’environnement.

Faut-il « se déguiser » en homme pour faire carrière ?

Je suis tout à fait persuadée que ca ne devrait pas être le cas. Certes, une attitude professionnelle implique de s’habiller selon les circonstances, de manière respectueuse pour ses interlocuteurs et adaptée à la situation, mais en aucun cas d’une manière qui revienne à renier ce que l’on est profondément, son type ou son genre, sous prétexte de réussir. Aucune réussite professionnelle ne justifie que l’on renie ce que l’on est. Si vous avez l’impression que votre environnement professionnel vous y oblige, peut-être est-ce le moment de changer de carrière.

Cela vaut aussi pour les cheveux : en tant que femme aux cheveux naturellement crépus, on ne devrait pas avoir besoin de se « déguiser » en fille aux cheveux lisses pour faire pro et être prise au sérieux au travail. C’est pour que de plus en plus de jeunes femmes prennent conscience qu’être soi-même n’est pas un handicap pour réussir que j’ai créé le blog collaboratif Libère Ton Afro. Ce blog regroupe en une mosaïque contemporaine les témoignages de jeunes femmes portant leurs cheveux afro crépus au naturel dans leur vie de tous les jours, sans complexes. L’objectif est de donner confiance à celles qui n’osent pas sauter le pas du naturel et de fournir un soutien moral à celles qui affrontent des difficultés depuis qu’elles portent leurs cheveux en afro.

defi-filleaumasculinEt vous -les lectrices- quel genre d’homme seriez-vous, si vous en étiez un ? Je vous invite à aller voir les looks des participantes au défi de la plateforme We Are The Models sous le thème #UneFilleAuMasculin.

#UneFilleAuMasculin_dedos

#UneFilleAuMasculin_détails_montre_bretelles-guidon

#UneFilleAuMasculin_boutons de manchette_détails

#UneFilleAuMasculin_bretelles_dos

#UneFilleAuMasculin_détails_montre_bretelles
#UneFilleAuMasculin

Glynnis Mélanie

Diplômée d'un master en droit des affaires, j'ai débuté ma carrière en Allemagne, où j'occupe actuellement un poste de management dans l'e-commerce. Je saisis toutes les occasions de me développer professionnellement, sans délaisser mon goût pour la mode et le style. Mon dressing est un mélange de basiques intemporels, grands classiques du vestiaire professionnel, et de pièces extravagantes à la pointe des dernières tendances.

5 Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.