Comment répondre à la question : « tu fais quoi dans la vie ? »

Tu fais quoi dans la vie
Vous êtes en vacances ou en soirée, faites la connaissance de nouvelles personnes et passez un bon moment. Tout à coup, voilà qu’on vous pose LA question classique : et sinon, tu fais quoi dans la vie ?

Cette question peut parfois prendre au dépourvu. Voici mes astuces pour tirer parti en toutes circonstances de l’opportunité que représente cette question.

Pourquoi est-il difficile de répondre à la question « tu fais quoi dans la vie ? »

Vous n’avez pas envie d’être catégorisée

Certains métiers font l’objet de préjugés bien ancrés : la rigidité des juristes, les 6 mois de vacances par an des profs, l’instabilité des comédiens etc. Ou alors sont considérés comme dévalorisants. Si l’on exerce un de ces métiers fantasmés par l’imaginaire collectif, on peut parfois hésiter à dire la simple vérité pour éviter d’être victime des préjugés liés à son métier. On sait quelle image de soi cette fonction va probablement éveiller chez un interlocuteur qui nous connait peu. Pour éviter d’être categoisée trop vite, on préfère éviter complètement le sujet.

Vous êtes en mode détente

Peut-être n’avez-vous simplement pas envie de parler du travail, au moment précis ou l’on vous pose la question. Peut-être parce que vous avez besoin de faire un break ou que les choses ne se passent pas comme vous le voudriez au niveau professionnel et que vous ne vous sentez pas d’humeur à en parler de manière positive. Et vous n’avez pas non plus envie de vous plaindre, donc une fois encore, vous préféreriez éviter le sujet.

Vous avez peur d’ennuyer votre interlocuteur

La raison la plus fréquente et banale pour laquelle la question du métier peut être embarassante, est la crainte que la personne ayant posé la question ne soit pas intéressée ou déçue par la réponse. Qu’elle ne comprenne pas le contenu de votre job, son utilité et les raisons pour lesquelles il vous plait autant. Or, si votre métier vous passionne, vous avez sans doute envie d’aborder le sujet, mais d’un autre coté vous ne voulez pas donner l’impression à votre interlocuteur d’être workaholic (obsédée par le travail) ou que je suis méga-carriériste (même si c’est le cas).

La réaction typique à bannir : l’évitement

Pour étouffer la conversation sur votre métier, la réaction réflexe est de prendre un air blasé pour prononcer quelques phrases lapidaires sur votre fonction, attendre de voir si votre interlocuteur veut en savoir plus et pose une seconde question. Dans 98% des cas, cette question ne vient pas. Le sujet de conversation change et, certes, vous avez la paix, mais vous avez aussi raté l’occasion d’animer la conversation sur un sujet qui vous intéresse. 

Des pistes pour répondre à la question « tu fais quoi dans la vie? »

Testez une nouvelle approche dès la prochaine occasion. L’objectif est de transmettre à votre interlocuteur les raisons pour lesquelles vous aimez ce que vous faîtes

Après tout, toute personne assez ouverte pour poser la question a envie d’obtenir des informations. Si vous arrivez à bien communiquer sur ce que vous faîtes, votre interlocuteur a plus de chances de s’y intéresser. Et si ça ne l’intéresse pas, il saura vous le faire comprendre. 

Voici donc mes astuces en pratique pour aller dans ce sens : 

  • Plutôt que de réduire sa fonction à un simple titre,  expliquer le contenu du rôle en une ou deux phrases. Puis ajouter pourquoi ce rôle est important pour l’entreprise qui vous emploie. 
  • Raconter une anecdote pour illustrer la description théorique du rôle anime toujours la conversation.
  • Pour approfondir, citer trois points positifs expliquant pourquoi ce job vous plait.
  • Si vous vous apercevez que votre profil ou encore les produits et services proposés par votre employeur peuvent intéresser votre interlocuteur, soulignez dans la conversation les points pouvant être avantageux pour lui. 

Retourner la question pour enrichir l’échange

Relancer la conversation en posant des questions

Poser des questions aide à comprendre dans quelle mesure votre activité professionnelle représente un intérêt pour votre interlocuteur et vous indiquer dans quel sens diriger la conversation. Apres avoir expliqué votre rôle et votre plus-value dans l’entreprise, vous pourrez par exemple demander, ici dans un contexte networking : votre entreprise est elle confrontée aux mêmes challenges ? Comment gérez-vous ceci au quotidien ? Les informations recueillies pourraient vous être utilesdans le cadre de vos fonctions. 

Porter le même intérêt à son interlocuteur

Vous pouvez simplement retourner la question pour donner l’occasion à votre interlocuteur de se mettre également en valeur. Et posez lui une seconde question s’il s’arrête au bout de quelques phrases et sonde votre réaction. Peut-être que c’est juste qu’il n’ose pas en dire plus de peur de vous ennuyer ! 

Les astuces si vous n’avez pas envie de répondre

Mettre l’accent sur un aspect neutre

Si votre situation au travail est telle que vous n’êtes pas satisfait(e) et que vous ne pouvez pas en parler de manière positive, répondez plutôt en décrivant l’industrie dans laquelle vous travaillez ou alors l’activité de votre entreprise. Ne vous étendez pas sur votre rôle. Nommez simplement le département ou la fonction dans laquelle vous travaillez et étendez-vous sur les aspects plus neutres.

Parler de son parcours

Si vous êtes en recherche d’emploi, parlez de votre formation et résumez en une ou deux phrases votre parcours professionnel, puis, seulement, mentionnez que vous êtes en recherche d’emploi. Votre interlocuteur aura déjà enregistré quelques informations sur vous, et qui sait, peut-être pourra t’il vous aider. Si vous vous contentez de dire que vous recherchez un travail, mais sans dire clairement dans quel domaine et avec quelle formation, personne ne pourra vous aider. 

Parler de son hobby

Si vous n’avez pas du tout envie de parler du travail, répondez en parlant de votre hobby. Il est toujours plus facile d’animer une conversation lorsqu’elle porte sur un sujet qui vous passionne. 

Et vous, comment répondez-vous à la question « que fais-tu dans la vie ? » Que pensez vous de ces pistes ? 

Glynnis Mélanie

Diplômée d'un master en droit des affaires, j'ai débuté ma carrière en Allemagne, où j'occupe actuellement un poste de management dans l'e-commerce. Je saisis toutes les occasions de me développer professionnellement, sans délaisser mon goût pour la mode et le style. Mon dressing est un mélange de basiques intemporels, grands classiques du vestiaire professionnel, et de pièces extravagantes à la pointe des dernières tendances.

5 Comments
  1. J’adore la phrase de l’image ! Super article très intéressant 🙂 il y a aussi le problème des gens qui font mille chose en même temps (je suis étudiante à Sciences PO, miss Alsace, je bosse à côté de mes études à la télévision et je suis blogueuse…). Le problème c’est que si je choisis juste une de ses réponses la personne ne saura pas qui je suis vraiment mais si je les donne toute ça peut paraître prétentieux…
    En tout cas je prends bonne note de tes conseils ! 😀

    Léa-Marie de http://www.mysweetcactus.com

    1. Wow en effet ton parcours peut intimider! Je te rassure il m’est arrivé la même chose pas plus tard qu’hier, j’ai répondu « je suis juriste » alors que même si j’ai fait des études de droit et travaillé 5 ans en tant que juriste, maintenant je vis en Allemagne et je suis manager France dans l’e-commerce et je touche à tous les métiers nécessaires pour établir un business en France (marketing, online marketing, communication, vente, recrutement, gestion de projet etc. et aussi parfois un peu de juridique 🙂 ) À côté de ca je tiens deux blogs, celui-ci et un blog collaboratif sur les cheveux afro. Hier je me suis laissée prendre au dépourvu par la question et j’ai dit le premier truc qui me passait par la tête 🙂 Mais en y réfléchissant, je pense que le mieux serait de se décrire en un projet général allant au-delà du métier, puis de développer en détaillant pourquoi on se décrit comme ça. Pour toi ca pourrait donner  » je suis en cours de formation pour exercer le métier X, pour m’y préparer je suis un cursus universitaire mais j’ai aussi un job dans la branche (télé), une passion qui me permet d’apprendre des choses en complément/ de mettre ne pratique mes acquis (blog) et de l’expérience dans le milieu (Miss Alsace). Du coup l’aspect prétentieux/inimidant disparait, et tu arrives à donner une image globale de la personne que tu es. Je m’en vais appliquer mes propres conseils et élaborer ma réponse type 🙂 [et voir ton blog bien sûr]

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.