Réussir une négociation salariale

negociation-salarialeIl existe des centaines d’articles sur la toile qui expliquent comment négocier son salaire ou demander une augmentation. J’en ai lu énormément, avant chaque négociation salariale dans mes jobs précédents, et bizarrement cela ne s’est jamais déroulé comme prévu.

J’ai donc décidé de partager avec vous quelques conseils issus de mon expérience, qui vous permettront de négocier en toute sérénité. Je reviens également sur 3 conseils souvent entendus et qui sont, à mon avis, des mythes. En tout cas ils n’ont jamais fonctionné pour moi. Vos expériences sont peut-être totalement différentes, n’hésitez pas à en parler en commentaire !

La négociation salariale à l’embauche

Pour les négociations à l’embauche, tout dépend du contexte. Si vous êtes en position de force, vous pouvez vous permettre d’être sûre de vous. Vous êtes en position de force lorsque vous avez peu de concurrence, par exemple, lorsque vous possédez une compétence rare essentielle pour le poste, d’autant plus s’il n’est pas possible d’acquérir cette compétence rapidement. Il peut s’agir de la maîtrise parfaite d’une langue étrangère ou d’un diplôme dans un domaine technique précis. Votre position de force est accentuée lorsque vous n’avez pas de pression. C’est le cas si vous êtes déjà en poste et que vous n’avez pas un besoin pressant et immédiat de changer d’emploi.

Demandez dans ce cas le salaire que vous aimeriez avoir, et si l’entreprise refuse, n’ayez pas peur de dire : « vous pouvez prendre quelqu’un d’autre ». Si vous êtes la candidate idéale pour le poste et que vos prétentions ne sont pas exagérées, l’entreprise devrait faire un effort. 

Si vous êtes déjà en poste, et que vous souhaitez obtenir une augmentation, il n’y aurait rien de pire pour faire tourner la négociation à votre désavantage que de menacer de démissionner. Il faut alors jouer sur d’autres leviers. Comment mener une négociation salariale alors que vous êtes en poste et que vous souhaitez obtenir une augmentation en restant dans la même entreprise ?

Commencez par ignorer les mythes de la négociation salariale. 

Les mythes de la négociation salariale

Pour dresser le contexte dans lequel je vous livre ces conseils, il faut savoir que j’ai toujours travaillé dans des entreprises dans lesquelles il n’y avait pas de grilles salariales ou d’augmentations automatiques prévues à intervalles réguliers. C’était donc la loi de la jungle : celui qui ne demande rien n’obtient rien. Par ailleurs, votre poste peut évoluer, vous pourvez vous voir offrir une promotion ou ajouter de nouvelles responsabilités sans pour autant être augmenté.

Mythe n°1 Attendre 2 ans pour demander une augmentation

Le bon moment pour demander une augmentation est celui où vous avez accompli quelques chose de marquant : gérer un gros client de manière autonome, boucler un projet ambitieux dans les temps ou dépasser vos objectifs. Cela peut se produire au bout d’un an, de deux ans ou de 6 mois, selon les circonstances. 

Mythe n°2 Demander une augmentation à l’occasion de votre entretien annuel

L’entretien annuel est une bonne occasion de faire le bilan sur l’année passée et de fixer de nouveaux objectifs pour l’année à venir. À mon sens, cet entretien pose les jalons pour la prochaine négociation. Vous apprenez lors de cet entretien ce que votre hiérarchie attend de vous pour les mois à venir. Cela vous donne des indications sur les actions à mener pour pouvoir argumenter votre prochaine demande d’augmentation. Celle-ci devrait faire l’objet d’un entretien dédié, quelques mois plus tard, arguments à l’appui. 

Mythe n° 3 Ne jamais dire un chiffre en premier lors de la négociation salariale

Les conseils en négociation de base indique que la première personne qui dit un chiffre a perdu. En réalité, les entreprises connaissent aussi cette règle. Tous les managers formés à la négociation ne diront jamais un chiffre en premier, mais demanderont au salarié d’indiquer ce qu’il souhaiterait gagner. 

Ma méthode ? Annoncer un chiffre clair, en premier, et le défendre avec des arguments concrets et solides.

Si vous obtenez ce que vous voulez, ne vous dites pas que vous auriez dû demander plus. Soyez satisfait et fier de vous ! Si vous obtenez un peu moins, dites-vous que c’est normal. Tenez en compte lorsque vous déterminez le chiffre que vous allez demander : restez réaliste, mais dans la fourchette haute. 

La préparation en amont de la demande d’augmentation

La négociation commence avant l’entretien. Vous aurez déjà fait le nécessaire pour vous démarquer. Vous aurez également pris soin de noter vos accomplissements au fur et à mesure de l’année. Ces éléments vous permettront de mettre en avant des arguments solides à l’appui de votre demande d’augmentation.

Voyons maintenant comment bien gérer l’entretien en lui-même. 

La bonne stratégie en entretien de négociation salariale

Laisser la porte ouverte à son manager

Même si votre manager aimerait vous accorder une augmentation et pense que c’est mérité, il a peut-être les mains liées. Ne le mettez donc pas au pied du mur. Donnez lui la possibilité de re-négocier avec sa propre hiérarchie ou les ressources humaines, ou encore de vos proposer une autre forme de compensation, ou encore de vous accorder la somme que vous souhaitez en deux augmentations espacées sur l’année.

Laisser la porte ouverte ne signifie pas abandonner.

Négociez jusqu’à obtenir un oui, car un manager ne peut pas dire non sur tout, au risque de vous démotiver. Que ce soit une formation ou la promesse de reparler de votre augmentation dans 3 mois, vous devez obtenir un oui au cours de l’entretien.

Tenez compte de la personnalité de votre manager et des usages de l’entreprise. Vous ne négocierez pas de la même manière si vous avez l’impression que votre chef se cache derrière des excuses pour ne pas vous augmenter. Vous pouvez également avoir l’impression qu’il argumente juste pour la forme ou alors, au contraire, qu’il n’a vraiment pas la possibilité d’accéder à votre demande, même s’il la trouve justifiée.

Utiliser ses informations internes à bon escient

Si vous savez que vos collègues gagnent plus que vous pour un poste équivalent, vous saurez aussi que la marge de négociation existe. Il ne faut surtout pas argumenter en se comparant aux collègues, mais dans votre esprit vous saurez que votre entreprise est prête à payer X€ pour ce genre de profil. Cela vous aidera à rester ferme lors de la négociation.

Quelles sont vos expériences en termes de négociation salariale ? Quel conseil donneriez-vous à celles qui négocient pour la première fois ?

Glynnis Mélanie

Diplômée d'un master en droit des affaires, j'ai débuté ma carrière en Allemagne, où j'occupe actuellement un poste de management dans l'e-commerce. Je saisis toutes les occasions de me développer professionnellement, sans délaisser mon goût pour la mode et le style. Mon dressing est un mélange de basiques intemporels, grands classiques du vestiaire professionnel, et de pièces extravagantes à la pointe des dernières tendances.